Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'entretien de Médiapart avec M. Macron - incohérences et paradoxes concernant...

Vendredi 5 Mai, au soir, Médiapart a reçu le désormais nouveau Président de la République, pour un entretien de près d'une heure trente. Nous publions sur notre blog la vidéo de cet entretien, précédé par un débat sur l'extrême droite en Europe. Pour voir cet entretien, il faut faire avancer la vidéo vers 1h17.

Pourquoi publier cet entretien ? Il s'agit d'acter les ultimes propos de campagne, du désormais élu. A la différence des émissions médiatiques habituelles où le temps très court ne permet pas l'expression et l'explication, le temps libre pour de tels entretiens permet de poser des questions précises, en tentant d'obtenir des réponses qui le soient tout autant. Evidemment, les parties qui nous intéressent sont celles qui concernent l'économie et le droit du travail. A chacun et chacune de se faire son avis.

Les choses sont très claires :  qu'il s'agisse des projets et des décisions du prochain gouvernement, de la majorité à venir, comme de ce que fait l'AOCDTF, la section CGT continuera de suivre et de "répondre" à tout cela, notamment par des publications sur ce blog - comme par notre activité syndicale permanente.

 

Sur les "ordonnances", sur une obligation d'acceptation d'une offre d'emploi comparable à celui perdu, nous devons constater les incohérences et paradoxes.

Sur les ordonnances : il s'agit du contraire du principe de négociation que M. Macron prétend valoriser pour le fonctionnement des entreprises. Et pourquoi pas un mot sur les "négociations obligatoires" non respectées par les directions des entreprises, des associations ?

Sur l'offre d'emploi : dès lors qu'un chômeur, une chômeuse, se voit proposer un emploi comparable à celui qu'il ou elle a perdu, il ou elle l'accepte ! Mais s'agit-il d'"imposer" une offre (attendue et acceptée) ou finalement, des offres différentes, comme on le voit dans certains pays d'Europe ?

Écrire un commentaire

Optionnel